TOUS ENSEMBLE POUR L'AVENIR DE CHLOE

LES PARCOURS

Parcours :

Le parcours de l’étape 2, a été simplifié, enlevé 1 km et un peu de sable... de nouveaux chemins et une gorge très sauvage dans laquelle deux « mines » de pots de résines ont résisté au temps.
Cette étape sera malheureusement assez sablonneuse et semblera bien longue. Mais les paysages seront magnifiques….

Etape 1 modifiée

Elle passe de 29,9 km à 31,1 km. J’ai voulu éviter un chemin très sablonneux…

 
Pour la première fois, le départ de notre (votre) épreuve sera donné depuis la commune de Montalivet (regardez une carte !).
Le bivouac de départ sera situé sur la dune, face à l’océan !
Distance : 31,1 km, dénivelé (185m) 
Etape plus longue que l’an passé (28.3km) mais avec moins de relief.
L’arrivée sera située comme ces dernières années au bord du lac d’Hourtin, au lieu dit « La Gracieuse », un des plus beaux endroits de la Trans Aq’.
Le départ sera donné sur la plage, à 10 heures. Impossible de le donner plus tôt à cause de la marée…
Etape très axée Nord-Sud, au parcours  sans relief lors des 20 premiers km mais pas  très roulant (alternance de plage, dunes, chemins plus ou moins sablonneux et piste en béton). Les quelques km parcourus sur la plage ne seront pas faciles car la marée sera à mi-hauteur et avec un coefficient de hauteur moyen (76).
Ceux qui partiront un peu vite (avec un sac plein) seront vite calmés. Sinon, c’est la fin d’étape qui les calmera : 185m de relief en quelques raidillons sablonneux. Fin de parcours superbe, au bord du lac d’Hourtin, un grand classique.
Les premiers devraient mettre 2 h 40 (moins de 12 km/h) pour cette étape, preuve que courir par ici ce n’est pas si facile avec un sac à dos ! Et le délai éliminatoire à 5 km/h (art 20 du règlement) sera donc de 6h06.

Bivouac de "La Gracieuse"


Etape 2

Le parcours de cette étape est maintenant  définitif.

La distance sera de 38.6 km km pour 535 m m de dénivelé. C’est à dire 3 km de moins que l’an passé, mais 55 m de dénivelé en plus.

Après deux étapes, et à la veille de la « grande » étape, vous aurez donc parcouru 69.7 km (69 km l’an passé).

Le départ sera donné depuis le bivouac de « la Gracieuse », au bord du lac d’Hourtin et l’arrivée sera comme ces deux dernières années, en pleine forêt, derrière les dunes au Sud de Lacanau. Lieu dit « Le Lion » (car il en reste encore, hé ! hé !) En réalité, pas de lion mais des grenouilles qui chantent la nuit, prévoyez le persil pour les oreilles…

Cette région du parcours est très variée, mouvementée, surtout les 15 premiers km, histoire de vous réveiller. J’ai trouvé quelques nouveaux chemins qui permettront de ne pas faire une copie intégrale du parcours de l’an passé.

Cette étape vous semblera longue et difficile. Les premiers mettront à peine moins de 4 heures, comme l’an passé (10 KM/H) et le délai éliminatoire (5 KM/H) sera donc d'un peu moins de 8 heures. Ceux qui auront trop forcé la veille ou qui n’auront pas assez bu seront en difficulté en cette fin d’étape. Les sages, les vieux renards, se seront économisés en vue des deux étapes qui suivent, plus difficiles. Il faut savoir perdre 30 minutes les deux premiers jours pour ne pas perdre une heure les jours suivants !

Ce sera une belle étape, bien dans la tradition de la Trans Aq’, deux rives de deux lacs différents, des forêts profondes, très peu de bitume. Vous ne serez au contact de la civilisation que très brièvement. Vous entendrez l’océan, mais vous ne le verrez pas, vous pourrez vous y baigner en arrivant, si toutefois vous avez encore la force de franchir les dunes !


Rives du lac de Lacanau


Etape 3

Si je ne vous parle toujours pas des étapes 1 et 2 c’est parce que je ne connais toujours pas le lieu de départ de la Trans Aq’.

Mais je sais ou arrivera l’étape 3 ! Au Cap-Ferret, comme dab … Qui s’en plaindra ?

L’étape devrait faire 54 km ou 56 km (parcours pas encore définitif) avec un dénivelé très faible, comme toujours sur cette étape : 250 m + et -.

Comme expliqué sur une autre actu, les marées ne sont pas très favorables cette année, sauf pour cette étape, à condition de n’aller sur la plage que dans l’après-midi (marée basse à 15h41 si je ne me suis pas fait des nœuds (marins) avec les horaires GMT, UHT, et horaire d’été…)

Et donc comme vous n’irez pas beaucoup sur la plage cette année, pour compenser vous irez beaucoup en cette 3ème étape, plus que d’habitude. Je ne vous dit pas combien de km sur la plage, pour conserver le « suce pince ».

Cela rendra le final éprouvant, c’est pour ça que je ne pousserai pas le kilométrage au delà de 56 km. Surtout qu’il peut faire chaud comme en 2005 et 2006 ,  35°C !

Sur les photos ci-dessous (prises ce jour 24 novembre,  l’été indien est toujours là, mais pas de plumes en vue…) vous voyez la montée pour traverser la dune (première photo) et la descente vers l’océan (deuxième photo). L’arrivée sera quelque part plus loin au sud, à gauche donc… (En face c’est l’Amérique, à droite la Grande Bretagne)

 

 

 


Etape 3 (suite)


Une clause figure au règlement de la Trans Aq’ depuis plusieurs années (article 20) , mais elle n’a jamais été appliquée : « Lors de la « grande » étape » l’organisateur se réserve le droit de faire partir le peloton en deux fractions : les 50 coureurs les mieux classés partant 2 heures après les autres pour concentrer le peloton sur le parcours (meilleure sécurité). Classement au temps réel, bien sûr ! »
Pour résoudre cette difficulté de marée lors du final de cette longue étape 3, nous appliquerons cette clause, avec un aménagement : ce seront les 60 premiers classés (1) après 2 étapes qui s’élanceront avec 1 h 30 de décalage et non deux heures.
Les coureurs classés de la 61ème à la dernière place après deux étapes, s’élanceront donc de Lacanau à 7 heures 30  du matin. Ils arriveront sur la plage grosso modo entre 12 h 30 et 15 h 30.
Les 60 premiers du classement provisoire s’élanceront à 9 h (grasse matinée) et arriveront sur la plage entre 12h45/13h et 14 h 30.
Ainsi personne n’aura à se battre contre une marée complètement haute et le sable mou qu’il faut emprunter.
Rappel : marée basse à 15h40, coefficient, assez faible, 60 (c’est à dire que l’océan ne descendra pas très bas mais ne montera pas très haut non plus, sauf s’il y a grand vent…)
Vous savez tout.
 
Pour ceux qui n’ont pas tout compris, pas de panique, c’est bien le temps réel qui servira à faire le classement de l’étape (heure d’arrivée moins heure de départ).
(1) Pourquoi 60 coureurs et pas 50 ? Parce qu’il est plus sympa et crédible que le vainqueur de l’étape arrive physiquement au Cap Ferret le premier et non pas en 5 ou 6ème position apparente. Et, selon nos calculs, le 50ème du classement provisoire aurait pu arriver le premier sur la ligne au Cap Ferret…
 

 


Etape 4

 

Je travaille en ce moment sur l’étape 4, car c’est la plus difficile à organiser, because (of) the night (comme disait Patty Smith).
J’ai renoncé à faire l’arrivée sur la commune de Biscarrosse, je n’aime pas supplier les gens et encore moins les mairies, pour qu’ils répondent à mes demandes (deux demandes croisées restées sans  réponse, même négative…).
Après le départ, je comptais vous amener à la Dune du Pyla par la plage, mais comme la marée sera haute, ce n’est pas possible. D’autant que la plage est entièrement recouverte par l’océan pour les 500 derniers mètres avant le pied de « la Dune »… Donc, étape entièrement forestière !
Le départ sera donné depuis un lieu encore jamais utilisé depuis l’origine de la Trans Aq’ : le Pyla sur Mer, au niveau du club de voile (face à la poste). La commune d’Arcachon ne sera donc pas traversée, comme ce fut pourtant le cas ces 3 dernières années.
Vous passerez sur « la Dune » (km 6.5)  un poil plus tôt et donc vous verrez tous le coucher de soleil. Car le soleil se couchera, lui ! Quand à vous, ce n’est pas certain…
Car l’étape sera de 40 km et la nuit surviendra après une heure trente de course (de marche ?). Et c’est toujours plus long la nuit et plus rigolo, bien sûr. Surtout que cette année s’il ne devrait plus rester de loups, « on » a ré introduit  des ours dans cette forêt profonde (et sombre). Bon, bonne nouvelle, la lune sera presque pleine, dommage pour les loups, mais au moins vous verrez les ours !
C’est l’étape la plus vallonnée, comme dab (700m + et -) et la plus sauvage.
Nous (vous) utiliserons quelques chemins jamais vus et les 3 derniers km seront entièrement nouveaux. Les derniers concurrents arriveront vers 5 h du mat…
En résumé : départ à 21h, 40 km, 700m de dénivelé.
Nota : Si vous vous égarez, et si vous « atterrissez » à l’entrée de la base militaire de Cazaux, préparez une explication crédible, car : vu votre tenue, vue votre allure, vu l’heure, vu la situation, aucune sentinelle ne vous croira.  Surtout si vous ne parlez pas français. Et vous finirez la nuit au poste. Hé, hé !
Alors, toujours chiche ?
Re nota : nous n’avons jamais perdu personne la nuit, ça se saurait (sentirait ?)

 


Etape 4 suite

 

Bon, j’ai parcouru hier la totalité de l’étape 4 pour vérifier qu’elle est praticable (chemins, mais aussi couvertures radio, GPS, GPRS etc. pour votre sécurité)
Je n’ai pas vu d’ours, mais vous passez dans un marais (à pied sec) et là il y a quelques crocodiles. (Vous connaissez bien sûr la différence entre un alligator et un crocodile ? Il n’y en a pas, c’est Caïman pareil ! (Nota pour Susan et Franz : pas la peine de traduire mes bêtises, d’autant que là, c’est intraduisible…)
Kilométrage exact :39.300 km, 693 m de dénivelé, + et -.
La dune du Pyla au km 6.6, ravitos aux km 14.4 et 28.6, si aucune tempête hivernale ne vient bouleverser la forêt.
 
Cette forêt est la plus spécifique de la côte Aquitaine. Elle n’est pas la propriété de l’Etat, elle est sous le coup d’une loi qui date de Napoléon : les baillettes (du mot bail). Elle est morcelées en parcelles privées ou à usage exclusif des habitants de la commune. Propriétaires regroupés en syndicat. Pour moi, c’est la bouteille à encre.
Pour vous, la conséquence c’est que c’est la seule partie de la Trans Aq’ où la forêt n’est pas quadriée par des pare-feu orthogonaux formant des carrés de 500m de côté. Les chemins sont entrelacés, sinueux et très nombreux. Sans boussole ou sans rubalise on s’y perd au bout de 5 minutes. C'est aussi une forêt très peu sablonneuse car peu d'engins y circulent.
Enfin, le bois n’étant pas exploité, les pins ont parfois 150 ans ou plus alors que sur le reste du parcours ils ne dépassent pas 50 ou 60 ans.
Vous savez presque tout…
 
 

Etape 5

 


Après avoir contourné le Centre d’Essai des Landes en autocar (100 km de contournement) vous serez au départ de l’Etape 5, à Mimizan Plage. Ce sera seulement quelques heures après l’arrivée de l’étape de nuit…
La marée sera haute et vous ne verrez pas la plage ce jour là. Etape typiquement forestière, dans la fameuse forêt des Landes.
26 km (23 l’an passé) et 334 m de dénivelé + (292 l’an passé). Une étape très, très roulante avec pratiquement pas de sable, sauf du 18ème au 20ème km (mais là, je ne vous raconte pas…).
Le parcours est nouveau à 90%, faut bien que je pense aux coureurs étoilés !
Vous trouverez des douches chaudes à l’arrivée, dans le camping de St Julien en Born, pour la première fois depuis Montalivet…
Demain, je vous parlerai de l’étape 6.
 
Petit étang Landais (photo prise avec un téléphone, par temps de pluie, pardon...)
 
Forêt Landaise (même commentaire...)

 

Etape 6

 

Pour cette dernière étape, il faudra encore courir (ou marcher) 26,6 km (27.1 km l’an passé) avec 306 m de dénivelé (175 m l’an passé).
Le parcours est nouveau à 80 %, la traversée du « Courant de Contis » (une rivière) empruntera un pont jamais utilisé par la Trans Aq’, une passerelle dans les marécages (voir photo).
Cette dernière étape ne sera pas à prendre à la légère, certains chemins seront très sauvages (encombrés de végétation piquante) et certains passages accidentés devraient calmer ceux qui se sentent des ailes en vue de l’arrivée.
Cette étape sera néanmoins rapide, car les sacs seront presque vides, le parcours est très peu sablonneux, sauf la fin, sur la plage. Marée haute, mais très faible coefficient de marée.
L’arrivée à St Girons plage est la même que l’an passé, j’espère sincèrement que vous serez très nombreux pour la distribution des étoiles (et des médailles)…
 
Le total de la Trans Aq’ 2010 ressort à 217 km (216 km ces deux dernières années) mais quelques petites retouches sont encore à effectuer sur les deux premières étapes. Je vous parlerai de l’étape 1 modifiée, demain.
 
Passerelle sur le Courant de Contis (en été ce sera plus vert !)

 



02/06/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres