TOUS ENSEMBLE POUR L'AVENIR DE CHLOE

COMMUNIQUES DE PRESSE

6ème édition de la Trans Aq'


Etape 1

Ambiance électrique pour cette première étape 

Montalivet/Hourtin (31 km)
 
 
Dans un grand cri libérateur, les 152 coureurs de la Trans Aq' ont pris le départ ce lundi à 10h sur la grande plage de Montalivet sous une pluie fine et un vent de travers. Depuis hier soir on sentait bien la pression monter, hommes et femmes n'avaient qu'une envie : franchir la ligne de départ et entrer dans le vif du sujet…
Plus question de reculer, c'est parti pour l'aventure !
Après avoir parcouru 2 km de plage, les concurrents quittent la plage pour un parcours plus forestier sur des sentiers assez accidentés qui les ont mené à la Gracieuse à Hourtin. Jusqu'à l'arrivée de cette première étape, les coureurs ont bénéficié de bonnes conditions de course : la fraîcheur de l'air et l'apparition de quelques éclaircies ont rendu ce début de raid pédestre plus agréable. La progression s'est faite sur des petits sentiers terreux recouverts d'aiguilles de pins, puis sur des chemins plus sablonneux. Instants magiques pour ces intrépides « un peu barjots mais si attachants » (comme le dit Isabelle, infirmière-anesthésiste et réanimatrice sur la course), qui se retrouvent à un moment donné en haut d'une dune avec comme spectacle l'océan sur leur droite et la forêt sur leur gauche.
Au fur et à mesure des points de passage, la fatigue commençait à se faire sentir pour certains, les traits un peu tirés, un pas de course moins alerte mais rien à faire on ne lâche rien, il faut aller jusqu'au bout. La Trans Aq' n'a lieu qu'une seule fois dans l'année alors haut les cœurs ! Les bénévoles chargés des pointages ou du ravitaillement de l'eau sont là et bien là pour les encourager jusqu'au bivouac d'arrivée sur le site magnifique du lac d'Hourtin.

Cette « mise en jambe » a préparé les coureurs à l'étape de demain mardi qui sera plus longue (40 km), sinueuse, vallonnée et forestière, alternance de sentiers herbeux et sablonneux. Des difficultés qui feront tout le « charme » d'un tracé bien pensé qui offrira aux courageux une belle immersion dans le paysage aquitain. Une étape qui devrait se courir pour les meilleurs en 4 heures environ.
Après une bonne nuit réparatrice sous la tente, les concurrents repartiront donc demain à 8h30 ; cette deuxième étape les conduira à Lacanau Océan. Une bonne gestion de la course sera bien nécessaire avant d'attaquer mercredi l'étape la plus longue du raid. Prudence et modération seront donc de mise !
N.B. : une « * » correspondant à une participation à la Trans Aq'     


Etape 2
Duel serré sur cette 2ème étape
Hourtin/Lacanau Océan (40 km)

 

Après une bonne nuit de sommeil et quelques petits bobos soignés, les 152 coureurs de la Trans Aq' sont repartis, bon pied bon œil, ce matin pour l'étape n°2, sous une pluie fine qui n'a pas entamé leur enthousiasme… La fraîcheur de l'air, les rayons du soleil qui ont percé petit à petit le ciel girondin ont rendu la course plus agréable parce que ces 40 km n'ont pas été si simples que çà. Alternance de zones très vallonnées, de sentiers herbeux et sablonneux, du sable mou, du béton à d'autres endroits, 535 mètres au total de dénivelé… enfin bref les conditions dignes d'un trail reconnu.
Foulées après foulées, les coureurs devaient gérer au mieux leur progression pour éviter une fatigue trop rapide et des risques de tendinites. L'arrivée à la Maison forestière du Lion à Lacanau a été un soulagement pour les moins aguerris. Tous ont pu goûter aux joies d'une douche, spartiate certes, à la pompe manuelle et soulager ainsi l'impression de jambes de bois.
Tous ces accents d'évasion en pleine nature mis bout à bout confèrent un charme fou à ce raid pédestre qui ravie chaque année ses convives.
 
Guillaume Vimeney nous raconte sa 2ème étape : « cette distance je l'ai plutôt pas mal géré même si les 5 derniers kilomètres ont été particulièrement éprouvants. 40 km riches d'enseignements surtout sur l'alimentation parce que je me suis rendu compte qu'elle avait été insuffisante ce qui m'a causé une petite crise d'hypoglycémie mais rien de grave. Comme quoi il faut ménager sa monture et çà Gérard ne cesse de nous le répéter et pour cause !!! Pour la longue distance de demain, il faudra une bonne hydratation. Je vais également essayer de m'assagir, de moins attaquer tout en marquant à la culotte mes petits camarades. »
 
A l'approche de l'étape de demain mercredi, la plus longue de la Trans Aq' soit 55 km, l'appréhension peut gagner certains coureurs. Ils emprunteront un parcours plus plat, très sablonneux, passeront un peu plus loin un joli passage à l'ombre d'un canal pour ensuite, et c'est là que çà risque de faire mal, parcourront les 16 derniers kilomètres sur la plage avant d'arriver à la pointe du Cap Ferret. Deux vagues de départ auront lieu : la première à 7h30 et la deuxième à 9h. Les 60 premiers du classement général quitteront le bivouac à 9h, ainsi les premiers de cette 2ème vague rattraperont vite les premiers de la 1ère vague.
                                                                                            


Communiqué de Presse - Etape 3

6ème édition de la Trans Aq’
Une 3ème étape exigeante et passionnante
Lacanau Océan/Pointe du Cap Ferret (55 km)
 
Des visages creusés par l’effort sur la ligne d’arrivée montrent bien que cette 3ème étape, la plus longue de la Trans Aq’ n’a pas été une promenade de santé !
Un parcours exigeant qui obligea tous les coureurs à une vigilance accrue.
Le parcours, s’il a été unanimement salué par les concurrents comme riche en émotions et en variétés des situations proposées, a demandé une très grande attention. Il a fallu puiser dans les réserves pour optimiser au maximum le rendement et veiller à tous les paramètres susceptibles d’entraîner une fatigue précoce ou une mauvaise blessure. Paradoxalement c’est peut-être ce niveau de vigilance exigé par l’organisateur Gérard Caupène qui fait qu’au bout du compte la « meute » est arrivée à bon port et sans gros dommage au Cap Ferret où le bivouac situé face à la mythique Dune du Pyla les attendait tous.
A mi parcours, 6 abandons ont été constatés dont celui de la Canadienne Emmanuelle Dudon, favorite de la Trans Aq’, en raison d’une tendinite.
 
La bagarre fut intense et les places se sont jouées parfois à quelques minutes près. Ce qui augure d’une 4ème étape, de nuit, haute en péripéties qui devrait rester indécise jusqu’au bout même si le jeune Guillaume Vimeney fait l’admiration de tous au vu de ces belles performances sur ces trois premières étapes.
Une chose est sûre, rien n’est joué et chacun sait qu’il faudra ménager sa monture jusqu’au bout.
Les coureurs ont pu récupérer à l’arrivée le petit sac de 3kg maxi laissé au départ. Et c’est avec plaisir et délectation qu’ils ont retrouvé ces « petits riens » (alimentation, vêtements propres) qui amélioreront le quotidien des derniers jours de course.
Pour certains c’est l’heure d’un temps de repos largement mérité tandis que d’autres commencent déjà à se projeter dans l’étape de nuit de demain jeudi (départ à 21h). Les coureurs auront toute la journée de demain pour récupérer et soigner les blessures aux pieds pour certains et aux genoux pour d’autres.






02/06/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres